Depuis un peu plus de trois ans que ce blog existe, du haut de la soixantaine de films ingurgités je pense pouvoir m’amuser à me faire mon petit top six. Pourquoi six ? Parce qu’un dixième d’à peu près soixante, ça fait six. Si vous vous ennuyez cet été, voilà 6 films de genre importants à zieuter : 1 finlandais, 2 norvégiens, 2 danois et 1 suédois pour 6 réalisateurs importants, déjà célèbres ou à suivre de près. A noter : Mads Mikkelsen joue dans deux d’entre eux. Et la belle blonde Johanna Mørck aussi, tiens, c’est amusant, ça. Un impératif : le tout est à voir absolument en v.o tant les versions françaises sont au mieux moyennes, au pire franchement catastrophiques.

1 – Adam’s Apples

Parce qu’Anders Thomas Jensen, parce que Mads Mikkelsen et parce qu’on trouve là un féroce humour noir qu’on ne voit que très rarement au cinéma. Il fait un bien fou ce film.

Avis Adam’s Apples

2 – Pusher 2

Parce que Nicolas Winding Refn, parce qu’encore une fois Mads Mikkelsen, tous deux marqués à vie par cette œuvre majeure de leurs filmographies respectives.

Avis Pusher 2
Interview NWR (sur Bronson mais avec des bouts de Pusher 2 dedans).

3 – Cold Prey 2

Parce que j’ai un trip Cold Prey 2 en ce moment. Envie de neige, de photo bleutée, de slasher, de femmes en pétard… Cherchez pas, ça va passer.

Avis Cold Prey 2

4 – Morse

Parce qu’il est à l’origine de ce blog, parce que Tomas Alfredson est en train de s’imposer à l’international, parce qu’une chouette vampirette, parce que c’est comme ça.

Avis Morse
Dossier Morse

5 – Sauna

Parce qu’Antti-Jussi Annila, avec un scénario à la con, réussit à pondre rien de moins qu’un chef d’œuvre du ciné fantastique. A la fois glaçant et envoutant. J’attends son prochain avec impatience…

Avis Sauna

6 – Troll Hunter

Parce que des trolls comme ça, même dans Le Hobbit de Peter Jackson on n’en verra pas. Parce que c’est drôle, un peu irrespectueux, parce que ça sent joyeusement le lutin farceur des bois, et parce que même si ça ne se prend pas au sérieux, c’est fait très sérieusement tout ça.

Avis Troll Hunter
Interview André Ovredal