Je l’aime bien, moi, Udo Kier. Depuis ma fenêtre il symbolise un peu tout ce qui s’est fait de plus provocateur au ciné. Acteur hardcore, on a pu voir sa gueule d’ange dans les barrés – et excellents – films trash de Paul Morrissey Du sang pour Dracula et surtout Chair pour Frankenstein, puis, plus enflé, il joua à la perfection le monstre abject de la série qui l’est tout autant L’hôpital et ses fantômes de Lars Von Trier. LVT, qui s’est vu transformé en persona non grata après une provocation maladroite et déplacée liée au nazisme. On y revient parce que cette fois il sont dans l’espace, les nazis ! Le bad guy le plus célèbre de l’histoire – et du cinéma – revient faire claquer ses fameuses bottes de cuir ! Ah, cette classe dans le look et les apparences ! Pas de gros mots ni de crotte de nez qui dépasse, c’est beau. Ce nickel chrome cache pourtant sous le tapis ce qui permet d’équilibrer la bête : le nauséabond, les morts, les tortures, l’inégalité des races, la solution finale, les abajours en peau humaine… Dans l’espace, personne ne vous entend crier.

Aujourd’hui, le finlandais Iron Sky, dont j’ai volontairement évité de parler jusqu’à maintenant, se dévoile pour la première fois au Festival de Berlin.

J’avoue que si ses atours sont attrayants (l’espace ! des soucoupes ! des jolies pépés ! Udo Kier ! Des gunfights ! Du space opera !) j’attends la bête au tournant parce que, voilà, les vilains ne sont pas des pirates de l’espace pas plus que des soldats de l’empire dirigés d’une main de fer par Dark Vador mais des nazis. Les mêmes salauds qui, en vrai, accomplirent les horreurs que l’on sait. Comme qui plus est la Finlande s’allia bel et bien aux nazis pendant la guerre – sans paraît-il partager leur idéologie -, cela me laisse dans la bouche un goût assez désagréable. Comme si je venais de manger une petite crotte de merde après l’avoir extraite de son bel emballage. Parce qu’elle est bien gaulée cette bande-annonce, je dois bien le dire, aussi ai-je un peu honte d’éprouver ce léger malaise. Injustifié ? Sans fondement ? En ce temps là, la Russie menaçait directement la Finlande, ouvertement, et une alliance militaire de la Finlande avec l’Allemagne, de ce point de vue, s’avéra pleinement justifiée. C’est assez complexe. Dans ce cas, pourquoi le vilain de l’espace n’est-il pas, ici, Russe ? Est-ce diplomatiquement plus judicieux qu’un nazi vintage tienne le rôle du bad guy?

J’espère n’être qu’un injuste avocat du diable dans mon a priori sans doute discutable, mais voilà, il est là. Après tout, même si je ne l’ai pas apprécié, le Dead Snow norvégien n’avait rien de honteux avec ses zombis nazis, et d’aucuns me parleront des films US Indiana Jones, Hellboy et tant d’autres qui se sont servis de l’imagerie nazi pour nourrir des divertissements de qualité que l’on n’a, de mémoire, pas dénigré pour les raisons que j’évoque ci-dessus. Je me sens coupable de ce sentiment. Spielberg est juif, ce qui cautionnerait sa vision des nazis. Mais, en pensant cela, moi même ne fais-je pas là acte de racisme inversé ? Quant à Guillermo Del Toro, j’ai cru quand même voir dans ses bons films cette même fascination pour cette machinerie globale parfaitement huilée. Parce qu’il est finlandais, réalisé par le membre d’un groupe de zic hardcore, Iron Sky doit-il forcément sentir sous les bras ? Tout comme sur Les soldats de l’ombre je m’égare, ce billet n’a peut-être pas sa place ici. Ou alors, tout simplement, je devrais continuer à ignorer Iron Sky. La météorite se rapproche, ne restons pas dans le déni et qui vivra verra. Le divertissement sera peut-être chouette ou juste complètement con, et si ce type de débat doit apparaître plus ouvertement, il servira peut-être à crever l’abcès… Si abcès il y a !

Sortie en Finlande le 04 avril prochain. En Allemagne le 05. France : inconnue.

Advertisements