Black’s Game ; Svartur á leik (Óskar Thór Axelsson, Islande, 2012) : avis d’un givré

blacks-game

Alors que le banditisme et la violence s’intensifient dans le pays, deux amis d’enfance se retrouvent au sein d’un gang de dealers qui souhaite contrôler le marché souterrain islandais.

Jeu de dupes

Celui-là, comme je l’attendais avec impatience, hop, normal, la déception n’en est que plus grande. Sous couvert de dénoncer je ne sais quel trafic underground, ce polar noir islandais, film de branlou davantage dans la veine d’Easy Money que du Pusher de Refn – qui produit la chose – ne fait que raconter via une forme fadasse la sempiternelle même histoire d’un pauvre gars sur le point de se faire broyer par le système mafieux du coin. Comment s’en sortira-t-il ? On s’en fiche un peu à la vue de l’empathie, nulle, que suscite le premier rôle, qui n’est ni le molosse qu’on voit sur la jaquette, ni celui sur la photo ci-dessus. Lui, c’est Jóhannes Haukur Jóhannesson, notre héros est incarné par Thor Kristjansson. Le réalisateur s’amuse manifestement plus à nous déballer ses mecs à poils qu’autre chose, nous gratifiant au passage d’un viol sodomite homo aussi infecte qu’il est sadique et, à mon sens, de parti pris pour le violeur. Ricanement complice. Non dénué de relents gays harcoreux auxquels nous ne sommes pas obligés d’adhérer, Black’s Game a ce côté infecte qu’on pouvait parfois – si, si – ressentir chez Friedkin quand il se défoulait à l’excès sur ses protagonistes (Cruising, Live and Die in LA) mais sans ce talent tout particulier qui faisait passer la pilule (ici, le rythme aux fraises), sans l’ampleur de la narration (là, platitude totale), sans non plus une bonne histoire, « vraie » ou pas. Au final, Black’s Game s’ajoute à la liste déjà bien chargée des sous-Scorsese ultra putassiers qui inondent le marché vidéo depuis belle lurette et qui, sous couvert de dénoncer le crime, l’encensent. Dommage.

Black’s Game : 08/20

2 réflexions sur “Black’s Game ; Svartur á leik (Óskar Thór Axelsson, Islande, 2012) : avis d’un givré

  1. A aucun moment, je n’ai vu ce film comme une possible dénonciation du crime. Franchement, il n’y a rien à rechercher de ce côté-là. Quant à l’encenser, je ne pense pas ou pas plus indirectement que d’autre. Je ne suis pas sûr que l’auteur se préoccupe de ça. Il narre le récit d’une petite bande s’imposant dans le crime organisé, point. Avec les dimensions humaines, etc…

    Sinon oui, c’est l’énième histoire d’un mec prit dans un engrenage qui le dépasse. Super bateau. Mais à travers lui, un étranger au biz illégal, un profane en la matière, c’est plus facile de nous montrer le biz de la dope sur les terres isolées de l’Islande avec tout ce que cela incombe, Les enjeux de ce microcosme et j’en passe. Je trouve la chose intéressante, au-delà du simple exotisme que confère l’Islande, rarement dépeinte de cette façon.

    Pour le reste, c’est pas non plus un film qui marquera mais globalement, ça se tient plus ou moins. Et sincèrement la scène avec le sociopathe violeur, je ne l’ai pas trouvé inintéressante même si elle est super malsaine. Elle souligne en gras (j’avoue, il n’est pas toujours nécessaire de forcer le trait) le côté barge du type. Le règne de la terreur. On découvre surtout que les membres de sa petite bande sont sous son joug. Un peu à la manière d’un gourou. Ils sont dans une forme de prison qui les empêche de réellement exister.

    Tout ça pour dire que ça ne vaut pas plus que la moyenne !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s