Une jeune fille fait l’acquisition d’une vieille boite en bois lors d’un vide-grenier. Elle commence alors à se comporter de façon inhabituelle…

Evoqué dans notre interview de Mats Stenberg lisible ci-dessous, ce film de commande réalisé par notre Bornedal préféré, The Possession, anciennement titré The Dibbuk Box, sortira demain dans les salles américaines. On ne sait pas encore pour l’hexagone.

Si je suis le projet de loin sans véritablement m’y intéresser, parce que la thématique ne m’emballe pas plus que ça et parce que c’est US, j’avoue pourtant que la bande-annonce me titille bien comme il faut. Dan Laustsen a bossé la photo et cela se voit. Et que ce soit Sam Raimi, via sa société Ghost House Pictures, qui produise la chose me rassure aussi un peu malgré ce pitch déjà vu à base de suspens familial en vogue parce que largement attractif pour les couples et (mères de) familles.

Notons surtout l’enjeu de taille qui consiste à faire oublier, le temps d’une projection, l’inspiration première du film qu’est « d’après une histoire vraie » ou non l’éternel L’exorciste de W. Friedkin. Ce chef d’œuvre a peu été inquiété par la vague de films du genre débarqués ces derniers temps, qu’ils aient été bidouillés en mode found footage ou pas. Revu il y a peu en HD sur Arte, même écorché par l’écrivain W.P Blatty – j’adore pourtant son L’exorciste, la suite – il garde sa force d’antan.

Préférons comme autre enjeu le pied mis (pris ?) par Bornedal aux USA. Pionnier du ciné de genre danois, en tant que réalisateur voilà seulement sa seconde tentative pour s’imposer là-bas depuis son auto-remake du Veilleur de nuit en 1997. Quinze années ont passé…