Ah ! On me signale que ce titre est erroné puisque ce petit billet concerne Tinker, Tailor, Soldier, Spy, l’adaptation d’un roman de John Le Carré autrement plus sérieux que les Télétubbies. Aucun lien de parenté, donc.

Si j’attends toujours très impatiemment la bande-annonce du prochain Tomas Alfredson (Morse), « Tinker, Tailor, Soldier, Spy » (chez nous : La taupe, rien à voir avec René mais avouons que c’est un frenchy retitrage foncièrement stupide !), que dire du film ? Preuve en est : pour le coup je sombre à mon tour dans les remous de la com’ gratos et rachitique en relayant le buzz avec des miettes de trucs. En l’occurrence des photos – trois – et surtout quelque insistance à expliciter cette attente largement justifiée puisque la page IMDb du bidule est tout bonnement à pleurer !

L’équipe suédoise de Let The Right One In est bien là : Tomas Alfredson, donc, mais aussi Hoyte Von Hoytema à la photo ainsi que Dino Jonsäter au montage ; quant au casting il relève tout simplement du fantasme pur et simple ! Tom Hardy (Bronson, bientôt Mad Max 4, le prochain Batman de Nolan !), Gary Oldman (voyez ou revoyez Les anges de la nuit de Joanou !), Mark Strong (celui-là même qui éclipsait Di Caprio dans Mensonges d’état !) et Colin Firth, consacré aux Oscars 2011 avec Le discours d’un roi ! Il faut au moins ça pour justifier des rôles féminins sacrément en retrait, ce qui est évident lorsqu’on évoque une adaptation d’un roman d’espionnage de John non pas « La » mais « Le » Carré, mais beaucoup moins dans le cas de producteurs échaudés qui aiment à greffer des romances un peu partout afin d’attirer la chalande. Demandez à Guillermo Del Toro ce qu’il en pense. Il va, complètement halluciné, vous en pondre une montagne ! CQFD, et j’arrête là le festival de points d’exclamation.


Du poisson en premier ? Non, Colin Firth ! (la honte m’accable)

Le spy ? Le soldier ? L’architecte ?…