… quand tu descendras du cieeeel,
Tu te prendras une volée d’plombs,
Faudrait paaaas nous prendre pour des cons.

Ca fait des années qu’il est vieux, lui, le papa Noël. On cotise toujours pour sa retraite et il cumule sa pension avec du travail saisonnier qui ne trompe personne puisqu’il délègue aux roumains. C’est un fardeau pour l’Europe que ce type.

Sitges 2010, c’est fini. Un film qui en repart bardé de prix entraîne le haussement de sourcil intéressé : Rare Exports : A Christmas Tale, du finlandais Jalmar Helander, une histoire tordue de chasse au Papa Noël dans le grand nord. Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleure photographie.

Rare Exports est un traîneau que Jalmar Helander tire depuis au moins 7 ans, avec d’abord un court métrage de 8mn en 2003, qui passa à 10mn en 2005 le temps d’une relecture appelée cette fois The Official Rare Exports Inc. Safety Instructions.

Comme le petit Music for one apartment and six drummers devint l’étiré Sound of Noise, Jalmar Helander passe pour la première fois au long, et avec succès à en croire ce chaleureux accueil catalan. Les courts, visibles sur Youtube et relayés ci-dessous, s’ils sont certes efficaces sont aussi un peu trop calibrés à mon goût. On sent le concept « exploité » encore et encore, avec (encore « encore ») de la musique à la Danny Elfman. Est-ce que nous sommes ad vitam eternam condamnés, lorsque de la neige tombe dans un film fantastique, à systématiquement écouter des bidules à la Danny Elfman en toile de fond ? J’embraye : dans ces deux courts les voix off sont un peu trop étouffantes (à mon goût, toujours), mais la bande-annonce du grand vainqueur de Sitges 2010 donne méchamment envie d’en voir davantage…

Rare Exports (2003, 8mn)

The Official Rare Exports Inc. Safety Instructions (2005, 10mn)

Rare Exports : A Christmas Tale : bande-annonce

 

Site officiel